Blog d'illustration, dessin et peinture numérique

Méditation & Créativité


J’ai découvert le dessin automatique avec le livre “Mindfulness & the Art of Drawing, a creative path to awareness” par Wendy Ann Greenhalgh. En plus d’expliquer le cheminement de l’autrice découvrant cette pratique au fil de ses études artistiques, le livre est entrecoupé d’exercices à faire chez soi. Il n’existe pas en français, mais si la lecture en anglais ne te rebute pas et que tu es curieux.se, tu peux le trouver chez Cultura : https://www.cultura.com/mindfulness-the-art-of-drawing-a-creative-path-to-awareness-9781782402831.html En lisant ce livre, je me suis rendu compte que, sans le savoir, je méditais régulièrement. Les sportifs, les joueurs de jeux vidéo, les musiciens, les dessinateurs, les peintres, et d’autres ont un mot pour décrire l’état dans lequel ils sont lorsqu’ils pratiquent : la zone (en sport, j’ai plus entendu le flow, mais on parle bien de la même chose). C’est un état dans lequel nous n’avons plus besoin de réfléchir et chaque action ou choix vient de manière instinctive et est parfaitement adéquat à la situation. On a alors tendance à perdre la notion du temps et surtout nous ne pensons plus à hier, ou demain, notre corps entier est dédié à ici et maintenant. Oh, et bien sûr, c’est très addictif ! :D Le dessin automatique est une manière de rentrer dans la zone plus facilement, il n’a pas besoin de ressembler à quoi que ce soit, il n’y pas besoin de réfléchir à la composition, à l’éclairage, à l’histoire que l’on souhaite raconter avec notre image… Pour entrer dans la zone, le cerveau doit décrocher et laisser notre instinct travailler à sa place, et il est plus facile de lâcher prise si nous n’avons aucune attente sur le résultat final.

Pratiquer le dessin automatique

Il n’y a pas de règle établie et le dessin final n’a pas besoin de ressembler à quoique ce soit. Et c’est sûrement ça le plus déroutant au début. S'il n’est pas toujours évident de se laisser aller de suite, on peut se donner quelques contraintes pour nous guider vers la zone. Mais commençons par le début : Je te conseille de te munir d'un minuteur et, au début, de le mettre à 10 minutes. Prépare une feuille de papier (une feuille pour imprimante suffira), ferme les yeux, crayon en main, et sent son poids, sa taille, sa texture, sa forme, essaie de mettre toutes tes autres pensées de côtés. Si une autre pensée vient à toi (c’est inévitable, surtout en ce moment), accueille là et puis recentre toi, car là, maintenant et pour les 10 prochaines minutes le temps est au dessin et penser à plus tard ne changera rien (à part ruiner nos 10 minutes !). Maintenant, dessine. Voici quelques exemples de contraintes :

  • Dessiner des lignes au hasard sur sa feuille les yeux fermés (pendant quelques secondes), puis regarder son gribouillage pour y trouver des formes qui nous plaisent et les agrémenter (rajouter des lignes à l’intérieur, faire un aplat ou un dégradé, relier certaines formes entre elles…).

  • Ne dessiner que des lignes droites. De tailles différentes, dans n’importe quel angle, qu’elles se touchent ou pas entre elle, peut être qu’elles s’entrecroisent ? Ou pas du tout ?

  • La même chose, mais en ne dessinant que des lignes courbes !

  • Ne faire que des ronds pendant un moment, se superposent-ils? Peut-être que de petits ronds sont dessinés dans des grands... Et puis s'arrêter (pas obligé de remplir sa feuille entière de ronds hein !), prendre un moment pour regarder comment tous ces ronds interagissent entre eux, et y ajouter des détails : des aplats, des dégradés, les relier entre eux…

  • Ne faire que des rectangles, de toutes tailles, côte à côte ou superposés ou avec un espacement plus ou moins fin… Et comme plus haut, on s’arrête, regarde et on agrémente son dessin.

  • Enfin, si on se sent à l’aise, on peut même chercher des formes familières pour que son dessin ressemble un peu à quelque chose : rajouter des triangles au-dessus des rectangles pour dessiner pleins de petites maisonnettes par exemple ! Ou ajouter des iris, pupilles et peut être des paupières à nos ronds pour avoir un dessin un peu bizarre de tout plein d'œils (oui, j’en ai fait un comme ça ^^)...

Quelques conseils

Ne réfléchis pas trop à ce que tu veux faire, fais ce qui te plaît de faire : un geste agréable peut être, ou simplement le son rythmé du crayon sur le papier, une forme qui te plaît plus qu’une autre. Tu peux gommer aussi, mais encore une fois, n’y réfléchis pas trop. Tu peux utiliser la gomme pour dessiner une forme ou une ligne dans un aplat. Tu n’es pas obligé d’utiliser un crayon à papier ! Tu peux utiliser un feutre calibré, un feutre pinceau, un crayon de couleur (pourquoi pas plusieurs couleurs ! Mais je te conseille de commencer avec 2 ou 3 couleurs différentes grand max)... Rien de mieux qu’un dessin sans pression de résultat pour expérimenter avec des outils que l’on ne connaît pas bien, de plus le dessin automatique est un excellent moyen de faire travailler sa mémoire musculaire. C’est clairement un excellent moyen de s’échauffer. J’essaie de commencer ma journée avec un dessin automatique. En plus de l’échauffement, et du travail de la mémoire musculaire, c’est un bon moyen de mettre le pied à l’étrier. Ça ne t’ai jamais arrivé de repousser le moment où tu allais dessiner simplement par peur de ne pas bien dessiner ? Et bien si j’ai ce sentiment, je prends 10 minutes de dessin automatique et j’enchaîne sur ma journée de dessin/peinture. Parfois, je m’en sers aussi pour faire une pause quand j’ai passé beaucoup de temps à faire de l’administratif. Ça me permet de me vider un peu la tête de cette charmante activité :] C'est aussi un bon moyen de s'améliorer en dessin. J'ai déjà parlé de la mémoire musculaire, mais le dessin automatique va aussi t'aider à prendre confiance en ton trait. À force, tu hésiteras moins à faire une grande courbe d'un trait franc. Tu accepteras aussi plus facilement les "erreurs", tu y trouveras peut-être du charme ou sauras travailler autour sans que personne ne puisse voir l'erreur.

Ma pratique du dessin automatique

Je te laisse découvrir quelques dessins automatiques que j’ai réalisé fin 2019, début 2020.



Au crayon de couleur (indigo). 40 minutes.
Réalisé au feutre pinceau, le Pocket Brush de pentel. 35 minutes.
Au stylo bille ! 10 minutes.
Réalisé au feutre calibré couleur sépia. 15 minutes.
Au feutre pinceau, Artist Brush Pen Pitt de Faber-Castell, couleur Rouge indien. 20 minutes.
Au crayon à papier, tout simplement. 10 minutes.
Au feutre pinceau n°22 de Kuretake (un peu plus rigide que celui de Pentel). 15 minutes.

J’espère que ça t'aura donné envie d’essayer. En tout cas pendant ces temps un peu étranges, si tu es coincé chez toi à lire ou écouter l’actualité anxiogène, je te propose de prendre le premier stylo ou crayon à portée de main, de fermer les yeux et de te lancer ! N’hésite pas à partager avec moi tes dessins automatiques en commentaire ou sur instagram en me taggant @plume.illustrations pour que je puisse les voir. Et surtout, prends bien soin de toi et de tes proches.

© 2020 PLUME illustrations par Marine Feuilleaubois.

Tous droits réservés.

Portfolio, blog, boutique en ligne et cours de dessin

Bordeaux, Mérignac, Nouvelle Aquitaine, France
contact@plume-illustrations.com

0
PLUME illustrations